Un Bullet Journal pour votre activité web et votre stratégie social media

des post-it de partout

Avec le Bullet Journal, fini les post-it un peu partout

Sauf si vous vivez sur une autre planète, vous avez forcément entendu parler du Bullet Journal (ou BuJo pour les intimes). Le concept a vraiment décollé l’an dernier. Ca ne vous parle pas du tout ? Tapez « Bullet Journal » sur Google ou effectuez une recherche sur Pinterest et vous verrez…

Donc, moi aussi, j’ai cédé aux sirènes du BuJo. Il y a quelques mois. Et j’avoue que, question organisation, je ne pourrai plus m’en passer.

Ce que j’inscris dans mon Bujo ? Toute ma vie ! Enfin presque… Je ne vous détaillerai pas tout ici, vous n’êtes pas là pour ça. Et puis je tiens à ma vie privée ;-).

Par contre, je vais vous dire comment utiliser votre Bullet Journal pour organiser votre vie numérique, votre blogging et votre stratégie social media.

Car, dans mon Bullet Journal, en dehors de tout ce qui concerne ma vie offline, j’ai bien évidemment consacré une section à mon autre vie : ma vie numérique (« Mon activité web »).

Je reviendrai plus loin dans cet article sur le choix du matériel utilisé pour tenir mon Bujo. Mais, d’abord, voyons comment organiser son Bullet Journal pour son activité web.

Le Bullet Journal, version bloging et réseaux sociaux

J’ai découpé la section « Mon activité web » en plusieurs sous-sections. Nul doute que cette partie s’enrichira au fur et à mesure. Un BuJo, c’est fait pour vivre et donc évoluer en fonction de l’usage que l’on en fait.

Que trouve-t-on sous l’onglet « Mon activité web » ?

  • Tout ce qui concerne mon blog Question Web (c’est la plus grosse partie)
  • Mes autres collaborations professionnelles sur le web
  • Mon activité personnelle sur les réseaux sociaux
  • Les sites web / services web à tester
  • Les entreprises à suivre pour leur stratégie digitale
  • Une partie Mooc/Formation
  • Mes autres activités web

La partie « Mon blog Question Web »

Sans doute la partie la plus intéressante pour vous. Je l’ai divisée comme ceci :

  • Un calendrier éditorial.

Eh oui, j’ai beau être geek, je tiens aussi au papier ! Le Bullet Journal permet de gérer rapidement votre calendrier éditorial. Click To Tweet

Cette partie est en fait une version simplifiée de la version numérique que je tiens sur Google Sheets (lire Un calendrier éditorial pour quoi faire ?). Je vous en donne un aperçu ci-dessous :

Calendrier édito

Un calendrier édito simplifié pour mon Bullet Journal

  • Une page « Commentaires »

Je reçois plusieurs commentaires par semaine : sur mon blog, sur la page Facebook Question Web, le groupe Facebook Réseaux sociaux en pratique, mon compte Twitter, les mails… Je mets un point d’honneur à répondre à tout le monde. Parfois la réponse se fait un peu attendre car elle n’est pas évidente et nécessite un peu de temps pour effectuer quelques recherches et vérifications.

Bref, il m’arrivait parfois d’avoir vu passer un message et de ne plus savoir où : blog, groupe Facebook, message privé Twitter… ? Du coup, je recense par écrit tous les commentaires avec leur date, l’endroit où ils ont été publiés, le titre de l’article auquel ils font éventuellement référence et la date à laquelle j’ai répondu. Comme ceci (notez que les couleurs ici n’ont aucune signification, simple envie de fantaisie selon les jours) :

Page commentaires de mon BuJo

Page commentaires de mon BuJo : origine du commentaire, date à laquelle je l’ai reçu, date d’approbation, sujet/article référent, date de la réponse

  • Une page « Demande de partenariat / collaborations »

Je reçois aussi très régulièrement des demandes, soit de prestations pour accompagner une entreprise dans sa stratégie social media, soit pour une insertion publicitaire, soit pour écrire un article sponsorisé. Là aussi j’avais besoin de recenser au clair tout ça pour ne pas en oublier et pouvoir y apporter une réponse dans un délai correct.

  • Une page « Statistiques »

J’ai une page où je note le nombre de visiteurs sur mon blog. J’y inscrit aussi tous les mois mon nombre de fans Facebook, celui de mes followers sur Twitter, etc. Sans être obsédée par les statistiques, il est toujours encourageant de voir le compteur monter, même si le plus gratifiant reste vos commentaires…

  • Une page avec mes idées de sujets

Très important ! Je fourmille d’idées (mais pas de temps malheureusement). Je note ainsi toutes les idées d’articles que j’aimerais écrire avec, parfois, les idées de titres associés. Comme l’article que vous êtes en train de lire et que j’avais d’abord intitulé « le BuJo version bloging et réseaux sociaux ». J’ai dans cette liste, qui risque de très vite s’allonger, « Les 10 outils indispensables pour le community manager » (patience…)

  • feuilles de papier de couleur

    © Soorelis

    Une page « A faire sur Question Web »

Une page pratique où je note, comme son nom l’indique, les démarches et actions que je dois réaliser sur mon blog, indépendamment de la rédaction des articles. Ce peut être : réfléchir à un nouveau format de newsletter, rajouter tel bloc d’information, vérifier la mise à jour de tel plug-in, etc.

  • Une section « Dépenses »

Eh oui, un blog ça coûte… de l’argent ! Au passage, je rappelle que je tiens ce blog entièrement bénévolement et qu’il ne me rapporte absolument aucun centime (je refuse toute proposition commerciale pour garder mon indépendance).

Si je n’ai aucune recette, j’ai néanmoins des dépenses : hébergement annuel, nom de domaine, service d’envoi de newsletter, abonnement à divers services web (Buffer…). Mon Bullet Journal comme livre de comptes, pas mal non ?

  • Une page brouillon où je note vite fait ce qui me passe par la tête par rapport à ce blog.

Vous trouvez ça un peu bizarre, voire carrément idiot ? Pensez aux post-it et autres petits mots que vous collez ou griffonnez, à droite à gauche, sur votre agenda, sur votre bureau, sur l’écran de votre ordi, ou via l’appli Notes de votre smartphone… Au moins, je sais où retrouver mes notes, quitte ensuite à les recopier au propre dans la bonne section de mon Bullet Journal.

Cette page brouillon est vraiment une page de brouillon, en ce sens que je ne vais pas gâcher une belle feuille toute neuve. J’ai pris une feuille volante, plus très neuve mais néanmoins vierge, que j’ai perforée pour pouvoir l’insérer dans mon classeur.

  • Une autre page brouillon.

Encore une, oui, mon Bullet Journal est aussi un cahier de brouillon 😉 Une page dédiée celle-là uniquement à l’élaboration des articles de ma rubrique l’actu des réseaux sociaux. J’y note au fur et à mesure que j’en ai connaissance les nouvelles fonctionnalités des réseaux sociaux du mois en cours qui pourraient intéresser mon lectorat. Cela me fait gagner du temps au moment de la rédaction.

Et voilà pour Question Web ! Cela fait déjà pas mal de pages, non ?

Les autres pages web de mon Bullet Journal

Alors oui, vous l’aurez compris, comme mon blog ne me prend pas assez de temps dans mon autre vie (ma vie en-dehors de mon VRAI boulot), j’ai aussi d’autres activités web. Des collaborations ponctuelles, des conseils aux uns et aux autres, et puis, surtout, des tas d’idées, d’envies, de projets autour du numérique. Mon BuJo me sert à noter tout ça.

feuille et stylo

© monicore

En vrac, j’ai créé :

  • Une section pour mes autres collaborations professionnelles sur le web où je retrouve certaines sections déjà présentes pour mon blog et que j’adapte bien sûr en fonction du projet sur lequel je travaille.
  • Une partie « Mon activité personnelle sur les réseaux sociaux ».

Bien évidemment, je ne vais pas y noter tous mes tweets et autres publications Facebook, mais je note par exemple les publications que j’ai partagées sur LinkedIn. Cette année, je me suis fixée comme objectif d’être plus active sur LinkedIn, mais souvent j’oublie ce que j’ai déjà partagé et où (eh oui, Alzheimer me guette). D’où la création de cette section.

  • Une feuille avec les sites web et services web que j’aimerai tester.

J’en découvre tous les jours et là, idem que ma remarque précédente sur LinkedIn, à force de mettre des tweets et des mails en favoris, d’enregistrer des liens sur Facebook, de sauvegarder des articles dans Pocket ou de liker un pin sur Pinterest, je n’arrive plus à retrouver où j’ai lu ce super article sur cet excellent outil qui devrait faciliter ma vie de blogueuse/community manager. Je note donc ici le nom du site ou du service avec un bref descriptif pour me rappeler plus tard pourquoi je l’ai repéré.

Cette partie que j’ai créé récemment est d’ailleurs à mon sens encore perfectible. Je pourrais y noter la date à laquelle j’ai entendu parler de ce service pour la première fois, la date à laquelle je l’ai effectivement testé, une note d’appréciation et un petit commentaire.

  • Une liste avec les entreprises à suivre pour leur stratégie digitale.

Des entreprises que j’admire, dont je trouve la stratégie social media vraiment très chouette, qui sont pour moi une réelle source d’inspiration, et pour lesquelles j’aurais vraiment envie d’aller bosser…

  • La section formation de mon Bullet Journal : des cases pour chaque section ou chapitre des formations à suivre.

    La section formation de mon Bullet Journal : des cases pour chaque section ou chapitre des formations à suivre.

    Une partie Mooc/Formation.

Une partie très importante dans mon Bullet Journal et mon activité web.

Le métier de community manager est un métier en perpétuelle évolution. Il nécessite de se former en permanence, de se tenir au courant des nouvelles fonctionnalités, des nouvelles tendances, des bonnes pratiques webmarketing.

Dans mon Bujo, je note les Mooc et formations que j’ai suivi, que j’aimerais suivre ou que je suis en train de suivre. Les livres aussi qui concernent le digital. Une page par livre ou formation, découpées en petit carré correspondant aux sections/chapitres/vidéos. C’est une aide précieuse et un outil de motivation. Je suis pas mal de formations, tutoriels vidéos et autres. Quand on vous annonce qu’une formation comprend 86 vidéos, ça peut être un peu décourageant au départ. Si vous découpez vos 86 vidéos en 86 petits carrés et que vous coloriez un carré à chaque fois que vous avez visionné une vidéo, vous verrez, le chemin vous semble beaucoup plus facile…

Idem pour un livre sectionné en x chapitres. Un petit carré pour chaque chapitre ou sous-chapitre en fonction de la longueur de chacun. Et là aussi, étape après étape, vous allez avancer.

  • Mes autres activités web. Une petite partie un peu fourre-tout où je note mes idées/projets web à plus ou moins long terme.

Quel outil pour créer son Bullet Journal ?

Maintenant que vous avez une vision à peu près claire du genre d’informations que je note dans mon journal, voilà en image tous les outils dont je me sers pour remplir mon BuJo :

Les outils nécessaires pour remplir son Bullet Journal

Classeur, stylos de couleur, feuilles blanches et de couleur, pochettes plastique, post-it, gommettes… la panoplie pour remplir son Bullet Journal

Vous l’aurez peut-être remarqué sur les photos précédentes, mon Bullet Journal n’a rien de très sexy. Rien à voir avec les exemples que vous trouverez sur Internet qui regorgent de fioritures et d’effets graphiques. Non que je remette en cause ce type de présentation, mais il ne me convient tout simplement pas.

Mon Bullet Journal est un outil que je veux pratique, qui me permet de m’organiser et de gagner en efficacité, et pour cela il doit aussi être simple à utiliser. Je n’ai pas envie de passer 10 minutes à enjoliver une prise de note. L’essentiel est que soient écrit noir sur blanc les tâches à faire ou mes éléments de réflexion et que je puisse retrouver ces informations facilement et rapidement.

De la même manière, contrairement à bon nombre de Bullet Journals, je n’utilise pas de cahier ou carnet mais un petit classeur avec des intercalaires et des feuilles blanches et de couleurs. Cela me laisse toute liberté d’insérer une page où bon me semble ou bien d’en intervertir deux autres. Quant aux pages de couleurs, elles me permettent d’associer une couleur à une thématique (une couleur pour mon blog, une autre pour la maison, une autre pour les loisirs…)

Mais bien sûr libre à chacun d’utiliser l’outil qu’il lui semble le plus approprié et de l’agrémenter au gré de ses envies avec des dessins, stickers et autres effets graphiques.

Alors, ça y est ? Convaincu de l’intérêt de créer votre Bullet Journal pour votre activité web ? Ou bien êtes-vous déjà un adepte inconditionnel ? Racontez-nous votre expérience !