Twitter : les 10 erreurs à éviter

Pour séduire de nouveaux followers ou pour ne pas faire fuir ceux existants, mieux vaut éviter de commettre certaines erreurs ou maladresses. Il y a 10 points qui sont, pour moi, quasi rédhibitoires lorsque je visite un profil que je ne connais pas :

1. Ne pas mettre de photo / avatar à son profil.

avatar twitter oeufPar défaut, Twitter vous affuble d’un oeuf sur fond coloré. Cet avatar par défaut manque cruellement de personnalisation. De plus, cela ne vous aide pas à vous distinguer de tous les autres followers qui ont fait comme vous (eh oui, rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul à commettre cette erreur). Vous donnez ainsi une mauvaise image de vous, l’image de quelqu’un qui ne souhaite pas s’impliquer, qui préfère se cacher ou qui a créé un compte Twitter juste pour suivre ceux des autres sans jamais oser passer à l’action.

Nul besoin de chercher la photo parfaite ou une image très originale. Vous n’êtes pas non plus obligé de mettre une photo de vous, mais mettez quelque chose, c’est tout. Autre avantage et non des moindres : votre avatar vous permettra de vous faire repérer plus rapidement par vos followers au milieu de leur timeline. Ne négligez donc pas cette étape pour la constitution de votre profil.

2. Ne pas remplir sa bio

bio TwitterTwitter fourmille de profils anonymes ou, du moins, avec juste un nom sans autre indication. Laisser libre le champ de sa biographie est une erreur. Aucune fonction, aucun centre d’intérêt, aucun lieu géographique, aucun thème de prédilection ? Amis twittos, passez votre chemin, ce twitto-là n’a rien à dire. Sans vouloir tout dévoiler (vous êtes de toute façon limité à 160 caractères), dîtes-en un peu de vous afin d’humaniser votre profil et de susciter l’intérêt de quelques curieux.

3. Suivre un maximum de twittos sans avoir construit une vraie stratégie

twitter profil

Je vois des profils avec des centaines d’abonnements et, en face, quelques abonnés seulement avec en tout et pour tout quelques tweets qui se baladent. J’ai toujours un doute avec ce genre de profils. Cela démontre une absence de stratégie. On suit un maximum de personnes en espérant qu’elles vous suivent en retour.

Tweeter pour tweeter n’a aucun intérêt. Twitter impose de construire une véritable stratégie si l’on veut en retirer un certain intérêt. Et d’abord, avant de suivre pour suivre, il faut bien savoir ce que l’on recherche sur Twitter afin de choisir avec soin les profils à suivre.

4. Souhaiter la bienvenue / remercier ses nouveaux followers

Certes, ce n’est pas parce qu’on est sur Twitter et que l’on doit s’exprimer en un nombre minimal de caractères qu’il faut oublier toute règle de politesse. Ceci étant, ce genre de tweet qui souhaite systématiquement la bienvenue aux nouveaux followers ou qui les remercie du suivi m’énerve prodigieusement. Il n’apporte aucune valeur ajoutée et ne peut espérer flatter le follower que si le message provient d’une figure du web par exemple.

A éviter également les messages directs automatiques du style « Merci de me suivre. En quoi puis-je vous aider ? ». Cela se veut amical mais reste très impersonnel. Par contre, recevoir un message (privé) de bienvenue personnalisé est plutôt sympa. Exemple : « Merci de me suivre, je vois que vous êtes Grenoblois, on aura peut-être l’occasion de se rencontrer à telle occasion… »

5. Dire « bonjour », « bonne nuit »

Vous allez dire que je suis inhumaine… mais pas toujours 😉 Oui, il y a certains tweets que je zappe, les : « Bonjour tout le monde ! », « Je vais me coucher! »,  » « Bonne nuit! », « Bon appétit! ». Bon, reconnaissez : qu’est ce que ça vous apporte, à vous personnellement, de voir ce genre de tweet sur votre timeline ?

Par contre, un « Bonjour @jfruiz ! Bon courage pour ta conférence aujourd’hui! » ou « Bon appétit ! Aujourd’hui je teste @rizzoetrizzo le nouveau resto qui vient d’ouvrir à Grenoble » ou « Minuit : fin de l’émission passionnante de @M6 sur les dangers des réseaux sociaux. Je vais enfin pouvoir me coucher » Vous l’aurez compris, je fuis les tweets impersonnels sans valeur ajoutée, mais je ne suis pas contre l’humanisation de la twittosphère. Et puis, lorsque vous aligner plusieurs dizaines de tweets par jour, vous pouvez vous permettre un simple « bonjour les twittos! » quand vous vous connectez le matin.

6. Multiplier les hashtags

Je croise des tweets avec 4, 5, 6 hashtags (le signe # suivi d’un mot clé) dans un même tweet. STOP ! Vous avez déjà essayé de lire un tweet entrecoupé de #, de @ et de liens raccourcis ?

Ma règle (à laquelle on peut déroger pour circonstances exceptionnelles) : 3 hashtags maximum par tweet ! Sinon, cela devient tellement indigeste qu’il n’y a plus qu’à zapper. Utiliser des hashtags, c’est bien, cela montre que vous avez compris les règles de la twittosphère, mais ce petit dièse est à consommer avec modération et à bon escient. Rien de sert de hashtaguer tous les mots/noms que vous croisez. De la lisibilité avant tout pour plus de visibilité.

7. Les conversations privées publiques

« @xxx Tu fais quoi à midi ? » « @yyy on se retrouve à telle heure à tel endroit ? ». S’il existe sur Twitter les Direct Messages c’est justement pour cela : les échanges perso entre deux twittos. Savoir que @xxx va déjeuner avec @yyy n’a pour moi aucun intérêt ( à partir du moment où @xxx et @yyy ne sont pas des personnalités publiques dont l’emploi du temps et les fréquentations sont susceptibles de révéler je ne sais quoi). Les profils dont la grande majorité des tweets relèvent de conversations privées n’ont pour moi aucun intérêt.

8. L’auto-promotion à outrance

Certains comptes ne sont alimentés que par les nouveaux articles parus sur le blog de leur auteur. Lier son blog à son compte Twitter (via un service comme Hootsuite ou TwitterFeed par exemple) peut être intéressant à condition d’intercaler d’autres tweets plus personnels ou en lien avec vos sujets de prédilection. Et puis, pourquoi ne pas réécrire de temps en temps les titres de vos articles pour mieux les vendre ?

Quant aux outils qui permettent également de remonter d’anciens articles de blog (via le plugin Tweet Old Post pour WordPress par exemple) avec la mention « A relire » par exemple, ils ont leur limite : attiré par le titre, on se retrouve parfois à suivre un lien menant vers un article datant de 2009 complètement obsolète.

9. Les comptes alimentés automatiquement

D’autres comptes ne sont qu’une succession de tweets indiquant la sortie du journal paper.li de l’auteur. (Paper.li est un outil qui sélectionne les principaux tweets publiés sur les dernières 24h à partir des abonnements de l’utilisateur). Personnellement, je n’ai jamais trouvé d’intérêt à suivre le journal Paper.li d’un de mes followers. Autant lire les miens (vous pouvez créer un journal Paper.li pour vos principales listes, par exemple).

10. Les comptes privés

profil twitter privéCertes, je suis quelques comptes dont les tweets sont privés parce que je connais la personne en question (cela ne veut pas dire, du reste, que j’approuve la pratique). Les followers qui me sont inconnus et refusent de rendre leurs tweets publics n’ont aucune chance que je les suive en retour : de quoi parlent-ils ? en quoi aurais-je intérêt à les suivre ? Si ce qu’ils disent est suffisamment intéressant, alors pourquoi se cacher ? Cela va à l’encontre du principe même de Twitter qui est de rendre l’information publique.

 

Et vous, quelles sont les pratiques qui vous dissuadent de suivre un twitto ?