Brandwatch : un outil d’analyse des médias sociaux hyper complet

J’ai eu la chance, grâce à Joris, community manager de Brandwatch, de tester cette plateforme de veille et d’analyse des réseaux sociaux.

Mes premières impressions : c’est un outil complexe.

On oublie tout de suite les services type Mention ou Google Alertes qui ne font que vous alerter en fonction de la requête que vous avez saisie. Brandwatch est une plateforme vraiment complète capable de recueillir un grand nombre de données, à condition de bien la paramétrer.

Il fait partie des outils qui vous permettront de gérer l’e-réputation de votre entreprise.

Pour vous aider à mieux comprendre son potentiel et ses fonctionnalités, j’ai effectué un test avec la requête « startup Grenoble ».

1e étape : créez un nouveau tableau (dashboard) et nommez-le.

brandwatch créer un dashboard

 

2e étape : saisissez votre requête (1), choisissez la langue (2), puis testez la requête (3) pour s’assurer qu’elle donne des résultats intéressants. Nommez votre requête (4) et validez-la (5). Vous pouvez bien sûr à tout moment revenir au tableau de requête pour l’affiner. C’est ce que j’ai fait du reste pour rajouter le terme « start-up », les deux orthographes (avec ou sans trait d’union) étant courantes.

brandwatch créer une requête

 

3e étape : Visualisez votre tableau « Startup Grenoble » sur votre tableau de bord général qui regroupe tous les autres tableaux que vous avez pu créer.

brandwatch tableau de bord startup Grenoble

4e étape : Cliquez sur votre tableau pour accéder au résumé (cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir).

brandwatch startup Grenoble mentions

Vous voyez que l’on a parlé de startup + Grenoble dans des blogs, des news, sur des forums, dans des videos, sur Twitter, Facebook, etc. J’obtiens ainsi 223 mentions sur les 61 derniers jours.

Vous voyez également à droite, une colonne verte et une colonne rouge. La verte correspond aux mentions jugées positives par Brandwatch, la rouge celles jugées comme négatives. En cliquant sur chaque colonne vous accédez aux liens des articles concernés et pouvez ensuite explorer plus en profondeur de quoi il s’agit.

Dans cet exemple, il n’y a que 8 % des résultats au total qui ont été catégorisés comme positifs ou négatifs. Le reste est neutre ou difficilement analysable par la plateforme en terme de sentiment positif ou négatif. Mais ce paramètre est toutefois intéressant à approfondir, qui plus est si le rouge domine sur le vert…

Brandwatch permet d’aller très loin dans l’analyse. En navigant dans les différents onglets, vous accédez à de nombreuses autres données.

Ainsi, sur Topics, vous obtenez un nuage de tags qui vous donne la tendance des sujets abordés. Pour les Grenoblois qui ont un peu suivi l’actualité du numérique cet été, vous voyez que c’est le projet de la startup Squadrone, Hexo+, qui a marqué l’actualité.

brandwatch topics

En cliquant sur « top sites », apparaissent tous les sites qui ont parlé de « startup + Grenoble ». On voit ici par exemple que Twitter regroupe la majorité des conversations.

brandwatch top sites

En résumé, les points forts de la plateforme Brandwatch :

  • plusieurs possibilités d’affichage pour présenter les résultats : camembert, barres, tableaux…
  • affichage des « sentiments » : vous pouvez savoir si les articles sont plutôt positifs, négatifs ou neutres, en fonction des mots clés saisis.
  • affichage d’un nuage de tags, ce sont les mots-clés que l’on trouve le plus souvent dans les articles traitant de votre requête. Cela vous donne une tendance des sujets les plus souvent abordés au cours de la période analysée.
  • possibilité de partager votre tableau avec d’autres membres d’un même projet par exemple.
  • choix de la période à analyser (aujourd’hui, les sept derniers jours, les deux dernières semaines, le dernier mois, les deux derniers mois)

Les points faibles :

  • l’interface en anglais.
  • la complexité de l’interface au premier abord (mais c’est aussi sa richesse). Il faut quelques jours de pratiques pour naviguer facilement.
  • pas d’offre premium (gratuite) avec, par exemple, un accès limité à un certain nombre de fonctionnalités ou sur une courte période (7 jours au lieu de 61 par exemple). L’offre payante n’est malheureusement pas abordable pour une PME et encore moins un community manager freelance.

En conclusion : Brandwatch est un excellent outil que je conseillerais aux grandes entreprises dont l’e-réputation constitue un enjeu considérable.